10 Intelligences de la Nature

De nombreuses sciences ancestrales ont puisé leurs sources dans le grand livre de la Nature et du Cosmos. Leurs fondements s'appuient sur une géométrie universelle qui est la même que celle qui vit dans nos cellules, faisant d'elle la clé pour comprendre les liens et les résonances qui s'établissent entre nos mondes intérieurs et extérieurs. Des plantes, des fleurs et des fruits, en passant par les minéraux, les cristaux, le règne des animaux et le monde marin ... l'harmonie des sphères trouve son expression dans une multitude de formes provenant du grand Mandala de la nature, nous rappelant l'origine de notre propre existence.

Les dix intelligences de la nature issues de la géométrie universelle de la vie

« Le livre de la Nature est là, grand ouvert devant nous, et non seulement nous pouvons y lire les merveilles de la sagesse éternelle que le Créateur a inscrites sur chaque pierre, sur chaque fleur, sur chaque étoile, sur chaque être humain, mais encore il nous donne les moyens de résoudre les problèmes qui se présentent quotidiennement à nous. La solution des questions philosophiques les plus complexes se trouve dans le livre de la Nature. Puisqu’en bas, comme en haut, les lois sont analogues, un phénomène physique a toujours sa correspondance dans les régions du coeur, de l’intellect, de l’âme et de l’esprit. Tout ce qui est en bas est comme ce qui est haut. Ce principe énoncé par Hermès Trismégiste est une clé. » – Omraam Mikhaël Aïvanhov.

 

Il existe un monde de l’harmonie, un monde éternel d’où est sortie la multiplicité infinie des formes, des couleurs, des sons, des parfums, des saveurs … Au contact de cette harmonie, il comprend comment vit l’univers, comment il vibre, quelle est sa structure, quelle est sa prédestination.

 

OMRAAM MIKHAËL AÏVANHOV

Philosophe et maître spirituel français d’origine bulgare

Géométrie sacrée

La nature nous offre un spectacle merveilleux de couleurs et, en particulier, de formes d’une beauté incroyable. A y regarder de plus près, on s’aperçoit qu’elle est construite sur des modèles spécifiques reproduisant des proportions, des rythmes et des cycles répétitifs, malgré la variété de ses expressions. On appelle Géométrie Sacrée cette structure sur laquelle se crée, évolue et se reproduit l’ensemble du vivant, car si elle est particulièrement visible dans le monde végétal, cette « matrice » existe dans tous les règnes et dans l’univers tout entier.

 


Beauté et harmonie de la vie représentées dans le monde de la natureLa Fleur de Vie : un modèle vivant

Considérée comme l’architecture de l’univers, la géométrie sacrée est l’empreinte fondamentale du mouvement de l’énergie créatrice originelle de la vie. Cette charpente est un modèle vivant, une intelligence cosmique toujours en mouvement, qui se répète continuellement dans toutes les dimensions de l’existence, du macrocosme au microcosme, de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Elle est une clé pour comprendre les liens qui existent entre tous les éléments vivants et le monde des lois et des principes naturels qui régissent l’ensemble de la Création.

La Fleur de vie est le modèle le plus fondamental en géométrie sacrée : elle représente la structure qui sous-tend l’ensemble de notre réalité et de la conscience qui l’anime. Ce dessin géométrique contient à lui seul tous les modèles géométriques à l’origine de la création. Il se retrouve dans les brins de notre ADN, la ramification des arbres, la spirale de notre galaxie, etc … C’est de cette forme que sont nés les cinq solides de Platon, mais aussi la sphère et le tore, le champs électromagnétique des corps vivants, se développant tous selon le ratio du Nombre d’Or.

 


« La Philosophie est écrite dans ce grand livre – l’univers – qui est constamment ouvert à notre regard. Mais il ne peut pas être comprit tant que l’on n’apprend pas à comprendre le langage dans lequel il est écrit. Il est écrit dans le langage des mathématiques, et ses personnages sont des triangles, des cercles et d’autres formes géométriques … sans lesquelles il est humainement impossible d’en comprendre un simple mot. » – Galilée.

 

Les mathématiques sont l’alphabet avec lequel Dieu a écrit l’univers.

 

GALILEO GALILEI

Mathématicien, géomètre, physicien et astronome italien du XVII° siècle

Le Nombre d’Or & la proportion dorée Phi

Au XII° siècle, Léonard Pisano, mieux connu sous le nom de Fibonacci, a découvert une suite de nombres qui créait une forme géométrique très intéressante. La suite de nombres commençait avec les nombres 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34 … et continue indéfiniment, chaque nombre étant l’addition des deux nombres précédents. Un rectangle avec la largeur et la longueur de deux nombres de cette suite donne un rectangle d’or parfait. Un rectangle d’or peut être subdivisé en rectangles plus petits qui auront la taille du nombre précédent. Si on prend un rectangle d’or parfait, subdivisé en rectangles d’or plus petits, chacun traversé par un arc, on commence à apercevoir la courbe de Fibonacci se dessiner.

 


L’existence d’un Créateur par le Nombre d’Or dans la Nature
Vidéo par « Le Veilleur »

Composée d’une suite de plusieurs documentaires sur la magie et le ratio du Nombre d’Or, cette vidéo témoigne de la présence et de l’importance des nombres dans la nature, dans le corps humain et dans l’univers.

Les seize premières minutes en offrent un bel aperçu général, puis d’autres séquences mettent en lumière le design intelligent de la vie et du divin architecte de l’univers, en faisant le parallèle entre différents domaines, tels que les mathématiques, la physique, la musique, l’architecture et la médecine …


Cette courbe du Nombre d’Or elle-même est donc très significative du fait des endroits où on la retrouve : dans l’expansion de l’univers et des galaxies et partout dans la nature, des minéraux, des végétaux et des animaux, comme dans la fleur de tournesol, sur l’extérieur d’un ananas, dans une pomme de pin, dans les vagues de l’océan qui arrivent sur le rivage, le fameux coquillage du Nautile … pour ne citer que quelques exemples. Aussi appelé Phi : 1,618 est le ratio que l’univers utilise pour se multiplier et se diviser à toutes les échelles, dans tout ce qui existe : des galaxies au monde minéral, végétal et animal, en passant par la molécule qui encode toute notre information génétique.

 

Seul le langage géométrique est le langage universel qui représente la quintessence de la sagesse.

 

OMRAAM MIKHAËL AÏVANHOV

Philosophe et maître spirituel français d’origine bulgare

Le langage des nombres

Ouvrir la porte du langage des nombres et de leurs formes, c’est entreprendre un voyage qui nous conduit à découvrir les fondements de la connaissance innée, immédiate et intuitive de la signification de la vie à travers l’intelligence d’une structure parfaitement organisée et la beauté fascinante et magique qui sous-tendent les mondes visibles et invisibles de notre univers et de toute la réalité dans laquelle nous vivons : un langage permanent, toujours vivant que la nature déploie à travers ses multiples formes de vie, leur interdépendance et tous les changements d’états associés.

 


C'est à travers les nombres que nous pouvons comprendre la vie

Un instrument de notre rapport au réel

« Si nous avons les nombres, c’est parce que nous avons besoin de structurer notre monde par des modèles, des formes, des figures. Grâce aux nombres, nous créons des repères de ce qui nous parait être un désordre inextricable. Par exemple, nous introduisons une polarité ou nous définissons quatre directions. Les nombres ne sont pas simplement des nombres. Si on considère l’étymologie du mot nombre en allemand « Zahl », il vient de la racine « Tell » qui a aussi donné le verbe raconter : « Erzählen ».

C’est à travers les nombres que nous racontons le monde. Et ce que nous cherchons à raconter, à décrire, c’est la réalité de notre existence dans ce monde. Les nombres ne sont ni à l’intérieur, ni à l’extérieur de nous. Ils font partie du monde dans lequel nous agissons. Lorsqu’on parle des nombres, on fait référence à un monde dans lequel nous cherchons à évoluer et les nombres sont là pour nous aider à structurer nos actes. »

– Extrait de la vidéo par Le Veilleur : « L’existence d’un créateur par le Nombre d’Or dans la nature » –

 


Les nombres sont comme un code avec lequel nous pouvons décrire l’environnement dans lequel nous vivons. A son tour, cette lecture nous instruit et nous donne accès à ce qui constitue notre propre réalité intérieure. Car si les nombres sont un langage universel qui nous permet de comprendre l’univers et la vie, c’est aussi à travers la langage de la vie que nous pouvons mieux nous comprendre nous-mêmes. Et en reconnaissant les modèles et les schémas, traduits en nombres, qui sous-tendent nos actes, nos habitudes ou nos divers maux, nous pouvons aller à la racine de chaque problème et changer son code pour en faire un modèle plus porteur.

 


Les nombres : à l’origine de la création

« La création, avec la multiplicité de ses manifestations et des événements qui s’y produisent, peut en réalité se réduire à un jeu de nombres. Si on arrive à vivifier les nombres, à comprendre comment ils travaillent, on voit qu’ils représentent des forces qui agissent dans la nature, et leurs additions, leurs soustractions, leurs multiplications, leurs divisions engendrent les formes et les mouvements.

Lorsqu’on regarde la coquille d’un escargot ou la structure d’un cristal, comment ne pas admirer le travail des nombres ? Tous les principes de l’arithmétique se retrouvent dans les pierres, les plantes, les animaux, les étoiles, dans le corps des humains, dans leur vie psychique, et même dans leur destinée.

Les nombres sont donc à l’origine de la création : chaque existence est le résultat de la cristallisation et de l’agrégation d’éléments matériels autour d’un nombre. Celui qui parvient à acquérir la véritable science des nombres est non seulement capable de pénétrer les mystères de la création, mais il possède la toute-puissance de l’esprit, car les nombres sont la première expression de l’esprit. »

– Omraam Mikhaël Aïvanhov –

 


Les 5 Solides de Platon

Les formes ou polyèdres réguliers qui se sont construits sur le modèle originel de la Création sont connus sous les cinq solides de Platon : le cube, l’icosaèdre, le tétraèdre, l’octaèdre et le dodécaèdre. Ces cinq volumes géométriques, les seuls à angles identiques et à arêtes égales, sont générés par le déploiement de la Fleur de Vie. Ils s’inscrivent parfaitement les uns dans les autres et, ensemble, dans une même sphère.

 


La Fleur de vie & les 5 Solides de Platon
Vidéo par « lespacearcenciel »

Cette sphère et sa géométrie intérieure, qui se multiplient selon l’harmonie du Nombre d’Or, constituent ainsi chaque particule et chaque atome de vie. Leur mouvement remplit l’espace par une succession de dédoublements simultanés à partir d’un centre en suivant des axes qui génèrent des polarités à l’intérieur de chaque atome, mais également les uns entre les autres.

Ce phénomène s’exprime lui aussi par les nombres et en particulier le nombre dix : un centre, quatre axes principaux et la circonférence, le tout générant cinq éléments polarisés associés à dix nombres.


On parle donc de dix intelligences majeures de la nature à travers lesquelles on peut décrire la vie. Ces modèles étant imprimés au coeur même de nos cellules et dans leur processus de reproduction, chaque forme trouve sa résonance dans l’un des éléments associés à travers leur manifestation dans les autres plans de la création : on les définis par la terre, l’eau, le feu, l’air et l’éther. Les cinq éléments définissent ainsi un modèle universel qui se reproduit indéfiniment à toutes les échelles de la création, du microcosme au macrocosme.

 

La réalité psychique primaire sous-jacente est d’une complexité si inconcevable qu’elle ne peut être saisie que par intuition et même là, que très vaguement. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir des symboles.

 

CARL JUNG

Médecin, fondateur de la psychologie analytique, philosophe et sociologue suisse

L'interdépendance des cinq éléments de la natureLes cinq éléments

Décrivant les étapes naturelles de l’évolution de la vie, les cinq éléments sont les cinq mouvements représentant les cycles de croissance et de décroissance observables dans tous les règnes. Générés par les deux grandes forces à l’origine de la création de l’univers et selon le développement de la géométrie sacrée de la nature, ils subdivisent tout ce qui nous compose et nous entoure en cinq grands ensembles interdépendants. Ils contiennent donc en eux toutes les polarités opposées et complémentaires, celles qui vivent dans tous les espaces intérieurs et extérieurs.

Les cinq éléments sont présents dans toute forme d’existence, c’est pourquoi la recherche de leur équilibre est à la base de toutes les sciences ancestrales, des activités et des pratiques humaines qui favorisent le bien-être, la santé et l’harmonie sur tous les plans : les enseignements originels de nombreuses médecines – antique, ayurvédique ou chinoise, etc … et de multiples cultures – celte, amérindienne, amazonienne, orientale ou occidentale … se réfèrent à eux pour définir un mode de vie sain et naturel, que ce soit à caractère préventif ou pour soutenir le retour à l’équilibre et la santé des personnes.


« Nous sommes beaucoup plus que ce que nous savons sur nous-mêmes. Nous avons seulement oublié. La Fleur de Vie était connue de toute vie et elle l’est encore de nos jours. Par toute vie, je veux dire non seulement sur cette planète, mais aussi partout ailleurs ; tout le monde savait et sait encore qu’elle représente la géométrie même de la création tout entière – la voie qui y mène et qui nous en fait sortir. L’esprit nous a créés à cette image, c’est à dire selon cette géométrie. Vous savez que c’est vrai ; c’est inscrit dans votre corps même, en fait, dans tous vos corps. » – Drunvalo Melchizédek, La Fleur de Vie.

– Aleah Westner –

 

Je recherche